La maternité pour les poussins

Les poussins doivent naître prochainement. Que faut-il prévoir pour les accueillir: au niveau du logement, de la température, de la lumière et de la litière. Vous saurez également quelle alimentation choisir et comment mettre de l'eau à leur disposition.

Sommaire de la page


Logement

Les poussins seront d'abord placés dans une maternité. Il peut s'agir d'une cage ou d'une partie de batiment. Le sol devra être propre et sec. Au besoin, il aura été désinfecté.

Si possible, une garde circulaire sera placée dans l'abri. Ceci évitera l'empilement et l'étouffement des petits dans un coin en cas de stress.

Les petits intéressent particulièrement les prédateurs. Il faut donc veiller à ce que l'endroit soit bien protégé: sol betonné, mur sans orifice, grillage. Pour protéger un petit nombre d'animaux, une cage pour lapin nain aménagée peut se révéler une solution facile et peu coûteuse.

Tout devra être prêt avant l'arrivée des poussins: litière, nourriture, eau, chauffage et lumière si nécessaire.

Alimentation

Le poussin est un des rares, avec les petits de palmipèdes, à pouvoir se débrouiller seul et immédiatement pour trouver sa nourriture. Les autres ont besoin de la becquée des parents pour survivre.

Comment la distribuer?

Le premier jour, l'aliment peut être déposé à même le sol sur du papier journal. Ceci favorise le dynamisme des jeunes poussins tout en leur mettant la nourriture facilement à disposition. Il ne faut pas attendre avant de donner accès à la nourriture: la réserve du sac vitellin suffit pour quelques heures à peine. Si le jeûne est poursuivi plus longtemps, c'est la croissance qui en pâtira, sans qu'il soit jamais possible de rattraper le retard ainsi créé.

Ensuite, il sera placé dans des mangeoires dont la hauteur sera adaptée à la taille des poussins (à hauteur de bec). Ceci le mettra à l'abri des déjections.

Les mangeoires doivent être visibles tant au niveau de la couleur que de la luminosité. A défaut, les poussins ne trouveront pas l'aliment et pourraient mourir de faim.

Il faut également veiller à ce que la taille et/ou le nombre de mangeoires soit adapté au nombre de poussins. A défaut, les plus fort mangeront plus et grandiront mieux que les plus faibles.

Que donner?

L'adage «Tu es ce que tu manges» ne s'applique pas seulement aux hommes, mais également aux animaux.

L'alimentation des poussins est un élément clé du développement des animaux. En effet, toute la phase de démarrage détermine le développement des animaux: croissance, robustesse, taille de l'animal adulte. La qualité de l'alimentation doit donc être considérée avec sérieux.

En effet, vous élevez peut être quelques poules pour leurs œufs ou quelques poulets de chair. De ce fait, vous savez ce que vous manger, ou du moins vous le pensez. Mais savez-vous vraiment ce que vos volailles mangent? Avez-vous vraiment lu l'étiquette de l'aliment que vous achetez? Vous pourriez être surpris des ingrédients utilisés au point de changer d'aliment.

Depuis des dizaines d'années, la recherche s'est développée pour améliorer la production avicole. La recherche s'est à la fois concentrée sur le métabolisme des animaux, leurs besoins, la sélection de souches plus productives, la composition de l'aliment, etc. Tout ceci a permis d'obtenir une croissance plus rapide avec moins d'aliments.

Les besoins

Les races à croissance rapide ont des besoins en protéines plus importants que les races à croissance lente.

Les poussins de poulet de chair auront généralement un corps plus large. Les poussins de pondeuses auront aussi un bon développement corporel; ce qui est important quand on sait qu'une grande poule pond de grands œufs.

Un manque de protéines peut conduire au picage, voire même au cannibalisme.

C'est donc au stade poussin que les besoins et les apports en protéines devront être les plus importants. Ceci permettra une croissance optimale des jeunes.

Au cours de la croissance, les besoins en protéines vont diminuer. Les futurs poulets de chair auront besoin de plus d'énergie et les pondeuses auront des besoins spécifiques en calcium (pour la fabrication de la coquille de l'œuf).

La nourriture adaptée aux poussins se trouve dans des commerces spécialisés. Elle contiendra des protéines, des vitamines, des minéraux, des matières grasses, du calcium et parfois certains additifs. En utilisant une pâtée fait maison, le risque d'un déséquilibre alimentaire est plus important.

Les protéines

La plupart des aliments pour poussins du commerce ont un taux de protéines de 20%. Néanmoins certaines études ont montrés que les besoins minimum pouvaient monter à 23% voire même davantage pour certaines races.

Une telle composition est rarement disponible sur le marché; il faut alors se tourner vers des aliments pour démarrage Gibier, dont le taux de protéines est habituellement de 23 à 26 %.

La méthionine

La méthionine est l'un des acides aminés essentiels pour la volaille. Elle est nécessaire à la croissance, la formation des plumes et des œufs. La plupart des aliments comporte un supplément en méthionine pour compenser leur trop faible teneur dans les graines et les céréales.

Une carence en méthionine mène à une faible production de chair et d'oeufs et, dans les cas graves, à du cannibalisme.

Les taux généralement recommandés vont de 0,30 % à 0,50%.

Certaines étiquettes d'aliments mentionnent la DL-méthionine au lieu de la méthionine. Il s'agit d'une forme de méthionine de synthèse qui est équivalente à la méthionine en ce qui concerne le métabolisme des volailles.

La lysine

La lysine est un autre acide aminé essentiel nécessaire aux poules et surtout aux dindes. Les aliments du commerce sont généralement enrichis en lysine.

La carnitine

Des recherches plus récentes montrent que l'ajout de L-Carnitine à l'alimentation augmente la production de viande chez le poulet de chair. Ceci n'aurait aucune influence sur le goût de la viande.

Les vitamines

Les vitamines

Les vitamines sont des substances dont le corps a besoin en très faible quantité et qu'il est incapable de fabriquer ou en quantité trop faible. Leur présence est indispensable à la réalisation de certaines réactions chimiques dans le corps.

Les aliments comportent généralement une teneur garantie en certaines vitamines: A (rétinol), D3 (cholécalciférol) et E (tocophérol).

Leur teneur s'exprime en UI/kg (Unité internationale par kg d'aliment) ou en mg/kg.

La conversion entre ces unités de mesure dépend de la vitamine considérée (voir documentation spécifique à chaque vitamine pour les détails).

Les teneurs en vitamines avoisinent généralement:

  • vit. A: 10 000 UI/kg
  • vit. D3: 2 000 UI/kg
  • vit. E: 50 mg/kg

Les minéraux

Les minéraux sont aussi essentiels au développement.

En particulier, le calcium est nécessaire à la croissance des os et à la formation de la coquille. On évalue les besoins en calcium à 3,5 à 3,75% et ceux en phosphore à 0,45%.

Eau

De l'eau propre sera fournie quotidiennement. L'abreuvoir et sa hauteur seront adaptés à la taille des poussins. Si l'eau est posée à même le sol, il y a grand risque qu'elle soit souillée par les déjections des petits.

Les 2 premiers jours, il est préférable de donner de l'eau pas trop froide (16 à 20 °C).

Il faudra des abreuvoirs en suffisance. Sans quoi il y a compétition entre les animaux: les plus forts se développeront mieux.

Température

Les poussins sont placés sous une lampe à 35 °C. On baissera la température de quelques °C par semaine, jusqu'à ce qu'ils puissent sortir (6 semaines).

Voici un exemple de plan de baisse régulière de la température pour des poussins:

  • Semaine 1: 35 °C
  • Semaine 2: 32 °C
  • Semaine 3: 28 °C
  • Semaine 4: 25 °C
  • Semaine 5: 20 °C
  • Semaine 6: 18 °C

La température peut être fournie par :

  • une ampoule infra-rouge (qui produit de la chaleur et de la lumière)
  • une ampoule Elstein, qui a l'avantage de ne produire que de la chaleur
  • un radiant électrique ou au gaz

Lumière

Si une lampe infra-rouge est utilisée pour le chauffage, elle fournira également de la lumière. Néanmoins, certains éleveurs pensent que ceci a tendance à induire un comportement de picage.

Dans ce cas, il est préférable d'utiliser un système de chauffage ne produisant pas de lumière et d'y ajouter, si nécessaire, une ampoule classique pour la lumière.

Litière

Pendant les premiers jours, on peut couvrir le sol de papier journal. On peut même déposer de la nourriture à même le journal. La quantité ainsi déposée ne dépassera pas les besoins de quelques heures; au delà, elle commencera à être souillée par les déjections.

Ensuite, une litière bien absorbante sera déposée en une couche très épaisse. Copeaux de bois dépoussiérés ou paille, selon votre choix.

Elle remplira plusieurs fonctions:

  • l'isolation par rapport au sol, surtout si celui-ci est en béton
  • l'absorption des déjections et des projections d'eau

Puis, il faudra veiller à la remplacer aussi souvent que nécessaire, afin qu'elle conserve ses rôles d'isolant et d'absorbant. Autrement, le risque d'apparition de maladies augmente sérieusement.

Sources

Entre autres:

  • Université d'état du Mississipi
  • INRA


La Catoire Fantasque

La Catoire Fantasque

Dernière modification: 2 mai 2013

© 2004-2013 — La Catoire Fantasque — Tous droits réservés