La croissance des poules

Les poussins grandissent. Que faut-il prévoir pour leur assurer une croissance optimale? Nous examinerons en détail le logement, l'alimentation et l'eau.

Sommaire de la page


Logement


Le poulailler est un élément important du bien-être des poules. Ceci est la base pour une bonne production d'œufs et une chair tendre. Il faut donc bien penser les conditions de température et d'humidité, garantir une aération suffisante, sans courant d'air ainsi que suffisamment de lumière.

Le poulailler est l'endroit où les poules viennent pour manger, pondre et dormir.

Pour l'achat ou la construction d'un poulailler, on tiendra compte des éléments suivants:

  • de l'espace
  • de la ventilation
  • de la lumière
  • de la protection vis-à-vis du climat et des prédateurs

Quelle superficie faut-il prévoir? D'aucuns recommandent 1 m2 par poule s'il n'y a pas d'accès à un parcours extérieur. On peut diminuer cette superficie par 2 si les poules ont accès à l'extérieur. Les volailles naines demandent moins d'espace que les grandes races. Les poulets de chair ont besoin d'autant d'espace que les grandes races.

La ventilation est un critère à ne pas négliger. Le poulailler doit en effet rester sec et aéré sans que les animaux ne subissent de courants d'air. Ceci permet de s'assurer un bon renouvellement de l'air et éviter l'accumulation des odeurs de fientes.

La lumière sera assurée par une fenêtre ou, à défaut, par de l'éclairage artificiel. S'ils manquent de lumière, les animaux deviennent léthargiques, inactifs, improductifs et ont du mal à trouver leur nourriture. En élevage intensif, les poussins d'un jour vivent sous une lumière intense 24h/24 pendant leur 1ère semaine. La lumière accélère la maturité sexuelle pour les poulettes en croissance. Tandis que pour les poules adultes, la lumière augmente la production d'oeufs.

Quelle orientation faut-il choisir? On essaiera de protéger le poulailler des vents froids du nord et de l'est par un mur. Du côté ouest, c'est plutôt les vents humides et la pluie qu'il faut craindre: on peut alors placer un auvent car les poules cherchent à s'abriter par temps pluvieux.

Les perchoirs

De sa vie sauvage, la poule conserve l'instinct de percher pour se préserver des prédateurs pendant la nuit.

Le perchoir pourra être une simple latte en bois de 2 à 3 cm de section. Il n'est pas recommandé d'utiliser un fin bâton rond: les poules vont l'enserrer fermement et risquent ainsi de se blesser. Chaque poule occupera entre 20 et 30 cm de longueur du perchoir. Si besoin est, plusieurs lattes seront placées parallèlement les unes aux autres. La 1ère latte sera placée à 20-25 cm du mur. Entre 2 rangées de lattes, on prévoiera entre 30 et 40 cm. A env. 20 cm sous les perchoirs, il est utile de placer un plateau à déjections, amovible et facile à nettoyer. Le plateau s'étendra jusqu'à 30 cm du dernier perchoir (celui le plus éloigné du mur). Idéalement, le plateau sera placé à maximum 75 cm du sol.

Les perchoirs seront tous placés à la même hauteur afin d'éviter la compétition entre individus.

Certains utilisent l'espace laissé libre sous le plateau à déjection pour y placer les pondoirs ou nids collectifs.

Les pondoirs

Les pondoirs seront placés dans un coin tranquille et peu éclairé. Un pondoir peut suffire à 4 ou 5 poules.

Plusieurs modèles peuvent être envisagés:

  • un simple carré d'une trentaine de 30 cm de côté, bien rempli de paille ou de foin pour le confort de la poule. La litière sera maintenue aussi propre que possible afin de récolter des œufs non souillés.
  • un pondoir plastique ou galvanisé comportant un fond incliné. Dans ce cas, l'œuf roule sur le fond incliné et peut être récupéré dans un tiroir. Ceci permet de mettre les œufs à l'abri des poules et des souillures. Le tiroir de récupération peut s'ouvrir à l'avant ou à l'arrière, selon la configuration choisie. Ce système a l'avantage de pouvoir être facilement nettoyé et désinfecté.
  • un nid à trappe: lorsque la poule pénètre dans le nid, une porte se referme derrière elle. Ceci permet d'identifier à coup sur quelle poule a pondu quel œuf. Ceci est surtout utilisé par les éleveurs qui font de la sélection et souhaite pouvoir élaborer un pédigrée de leurs bêtes.

Un nid collectif de 1 m2 peut être utilisé par une quarantaine de poules.

La mangeoire

La mangeoire sera placée à l'intérieur si cela est possible. Elle aura les caractéristiques suivantes:

  • facile à nettoyer
  • stable pour ne pas être renversée trop facilement
  • conçu pour être à l'abri du perchage et des pattes des oiseaux : par exemple une trémie suspendue au plafond. Sa hauteur sera donc ajustable.
  • de taille adaptée à l'âge et au nombre d'animaux

Par expérience personnelle, les mangeoires plastiques conviennent bien aux tout petits poussins. Quand ils grandissent, la mangeoire est plus facilement renversée ou souillée. Nous passons alors à une trémie accrochée aux murs du poulailler ou une trémie circulaire suspendue au plafond. Cette dernière a l'avantage de pouvoir être ajustée en hauteur (à hauteur de bec) et de mettre la nourriture à l'abri des prédateurs (rongeurs).

L'abreuvoir

L'eau doit être disponible à tout moment. L'abreuvoir doit être nettoyé régulièrement.

Il sera placé à l'extérieur, afin d'éviter d'avoir de l'humidité à l'intérieur de l'abri.

Autrement, si des mesures sanitaires nous y contraignent, l'abreuvoir est suspendu dans le poulailler.

Il existe plusieurs types d'abreuvoirs:

  • l'abreuvoir syphoïde: en plastique, de tailles différentes, il est facile à placer au sol et à déplacer. Néanmoins, on notera quelques inconvénients: l'eau souillée par les déjections ou l'abreuvoir renversé. La version galvanisé, souvent plus grande, permet d'éviter ces inconvénients.
  • l'abreuvoir automatique: une petite écuelle est placée contre le mur, à hauteur de bec. Par un tuyau, elle est reliée à un réservoir placé en hauteur. Le réservoir peut être constitué d'un simple seau ou d'un réservoir connecté à l'eau de ville. Un système de T ou de Y permet de relier plusieurs écuelles à un seul réservoir.

Le bac à sable

On peut aussi placer un bac à sable à l'intérieur où les poules aimeront venir s'ébrouer. Elles se débarassent ainsi de la vermine de leur plumage.

Le parcours extérieur

Le poulailler sera complété par un parcours extérieur, vaste, partiellement ombragé. Il sera idéalement clôturé par un grillage assez haut afin de protéger les volailles des prédateurs.

Pour protéger les volailles des renards, d'aucuns préconisent de:

  • placer les piquets de clôture vers l'intérieur du parcours
  • incliner le haut du grillage de 30° vers l'extérieur
  • placer des dalles de 40 cm de large au sol à l'extérieur et contre le grillage

Et l'élevage industriel ?

L'élevage des poules pondeuses a été réglementé, notamment au niveau de l'espace vital des poules de batterie. En Europe, la directive 1999/74/CE du Conseil impose que les cages aménagées offrent une surface minimale de 750cm2 par animal, soit 13,33 poules/m2. Pour stimuler la ponte, les industriels jouent sur l'éclairage artificiel dont la durée quotidienne est progressivement augmentée pour atteindre jusqu'à 16h/jour en période de ponte.

Alimentation


La poule picore.

Son repas s'appelle la becquée.

La poule est omnivore. Outre les céréales (blé, orge, maïs), elle mange également des herbes, de petits insectes et des vers. On peut compléter de temps à autre avec des vitamines et des oligo-éléments.

La composition des aliments doit être adaptée à l'âge et au type de volaille (poussin, poule pondeuse ou poulet de chair). Ces aliments diffèrent principalement par la quantité de protéines ainsi que la présence de calcaire pour les pondeuses. Voyez aussi la page concernant la composition détaillée des aliments.

Pendant les 3 premiers mois de vie, il faut un sérieux apport de protéines afin d'assurer une bonne croissance. Les poulets de chair ont des besoins en protéines supérieurs. Les pondeuses auront besoin de calcium et d'autres minéraux pour garantir une bonne ponte.

Aux poules pondeuses, il est recommandé de donner des coquilles d'huîtres broyées, afin d'assurer une bonne qualité de coquille. Les coquilles d'huîtres sont dissoutes par les sucs digestifs et fournissent à la pondeuse le calcium indispensable à la formation de la coquille.

Elle mange également des petits morceaux de graviers, nécessaires à la digestion. En effet, l'absence de dents est une caractéristique des oiseaux. Les petits cailloux se chargent de la fonction des dents lors du broyage des aliments; ils ne quittent d'ailleurs pas l'estomac. Ceci peut se trouver dans le commerce sous l'appelation «grit». Il s'agit le plus souvent de petits morceau de silex, insoluble dans le gésier. Au contraire même, les petits cailloux restent dans le gésier une dizaine de jours où ils aident à broyer les aliments. Si l'alimentation est distribuée sous forme de farine, le grit n'est pas indispensable car il n'y a plus rien à broyer.

Il est à noter que les graines de sorgho ont des propriétés antinutritionnelles: les tanins qu'elles renferment inhibent la ponte des poules pondeuses. Dès que l'on dépasse 2% de sorgho dans l'alimentation des poules pondeuses, le taux de ponte journalier chute.

Les graines concassées à bas prix contiennent souvent du blé et du maïs, ce qui ne convient pas trop aux pondeuses. Il vaut mieux choisir un des mélanges les plus complet possible (céréales, blé, riz, ...). Le maïs fait grossir et une bonne pondeuse n'est pas grasse.

A quoi faut-il faire attention lors de l'achat?

  • la composition: surtout le % de protéines: plus de protéines pour les poussins, puis baisse du pourcentage pour les adultes
  • les ingrédients: présence ou absence d'OGM, d'antibiotiques, d'anti-coccidiens,...
  • la présentation: farine ou graines plus ou moins finement broyées

Que donner?

  • 70% de céréales variées: blé, maïs, tournesol noir, sorgho, orge, brisure de riz, ...
  • des féculents: pommes de terre, pâtes alimentaires cuites à l'eau salée, haricots, pois, châtaigne cuite, pain
  • des protéines animales: restes de viande et de poisson
  • des protéines végétales: herbes, salades, légumes
  • du calcium: fromage, lait écrémé, gruyère, coquilles d'huîtres, coquillages, os de seiches écrasés
  • pâtée-maison: oeufs durs trempés dans du lait, oignons et orties hachées, un peu de poivre

De même que nous préférons une alimentation saine pour la famille, nous recherchons une alimentation aussi naturelle que possible pour nos animaux. Néanmoins, il faut savoir qu'il est difficile de trouver des aliments sans OGM (les producteurs ne sont pas obligés de mentionner la présence d'OGM dans la nourriture pour animaux) ni médicaments/additifs. Si l'étiquette indique que la nourriture ne peut être donnée dans les 5 jours qui précèdent l'abattage, c'est un signe de la présence d'anti-coccidiens.

Eau

Le sang est constitué à 80% d'eau. Elle est essentielle à la vie, permet le maintien de la température corporelle, la digestion et l'excrétion.

Les poules pondeuses boivent beaucoup d'eau, puisque les œufs sont composés à deux tiers d'eau.

Il faut veiller à ce que les animaux disposent en permanence d'eau propre. L'abreuvoir sera nettoyé quotidiennement.

Divers

Tout stress dans le poulailler pourra avoir comme conséquence l'amaigrissement des animaux et/ou une baisse de la production d'oeufs. On veillera donc particulièrement au bien être des animaux en leur évitant, autant que faire se peut: les agressions faibles ou brutales, passagères ou durables, isolées ou à répétition, le piquage, une concurrence féroce pour la nourriture ou la boisson (en cas de pénurie).

L'identification des animaux

L'identification des animaux se réalise par un bagage des oiseaux. Il existe des bagues simples qui satisferont l'éleveur amateur tandis que les bagues officielles contenteront les férus de concours. Le diamètre de la bague dépend de la race et du sexe.

La bague se place à la patte du volatile entre la 6e et la 9e semaine. Plus tôt, la bague tombe de la patte. Plus tard, on risque de blesser l'animal. Quand l'animal grandit, il devient impossible d'ôter la bague sans la sectionner.

Pour baguer l'animal, on rassemble les 3 doigts avant pour les passer dans la bague. Puis on rabat le doigt arrière le long de la patte pour basser la bague sans blesser l'animal. A cet âge-là, tout est encore souple assez.

Où trouver les bagues? Auprès de certains magasins spécialisés pour les modèles simples. On se procurera des bagues officielles auprès des sociétés avicoles.

 Coq (mm)Poule (mm)
Volailles naines
Barbu d'Anvers1110
Barbu de Grubbe1110
Barbu d'Everberg1514
Braekel nain1311
Combattant de Bruges nain1614
Combattant de Tirlemont nain1614
Sans queue des Ardennes1210
Tournaisis1412
Huppée de Lasnes1412
Malines naine1815
Grandes volailles
Braekel1816
Combattant de Bruges2422
Combattant de Tirlemont2422
Coucou d'Izegem2218
Malines tête de dindon2724
Pondeuse de Zingem2018
Poule d'Aarschot2220
Poule de la Vallée de la Walm1816
Poule de Zottegem1816
Poule de chair de Zingem2720


La Catoire Fantasque

La Catoire Fantasque

Dernière modification: 2 mai 2013

© 2004-2013 — La Catoire Fantasque — Tous droits réservés