La reproduction des oies

L'éleveur amateur trouvera ici les éléments de base de la conduite d'un élevage: le sexage, la sélection de ses reproducteurs en évitant la consanguinité, la maturité sexuelle et l'espérance de vie.

Sommaire de la page


Le sexage

Chez les oies, le sexage est difficile. Les jars sont généralement plus hauts sur pattes et ont un cou plus long et plus fort. Le cri de l'oie est également une octave plus haute et plus claire. Mieux vaut avoir l'oreille musicale.

L'examen du cloaque est la méthode la plus fiable pour déterminer le sexe des oies. Cette technique peut se pratiquer sur de jeunes oisons. Néanmoins, vu la taille du cloaque à cet âge d'une part et le faible développement sexuel d'autre part, le sexe est difficile à voir.

Avec des oies adultes, c'est nettement plus facile à identifier à l'œil nu. Mettez l'oie sur le dos en maintenant sa tête entre vos jambes. Faites attention aux pincettes qu'elles peuvent vous infliger, conseil avisé tout particulièrement pour les messieurs. Une tierce personne est à ce moment la bienvenue pour maintenir les ailes. On exercera une pression latérale avec deux doigts afin de faire sortir le sexe.

Le mâle possède un appareil reproducteur rosé en forme de virgule.


Celui de la femelle est plus rouge, plus charnu, formé de plis concentriques.


La sélection

Comme dans tout élevage, il faut sélectionner les animaux les plus prometteurs, ceux qui ne présentent un minimum de défauts. Par exemple, les oies qui auraient des ailes tombantes ou retournées sont à écarter de la reproduction. Par contre, les animaux les plus vigoureux, avec une bonne santé et un bon développement sont à retenir.

Si le troupeau d'oies est relativement important, il devient utile de pouvoir identifier les animaux. Pour se faire, on peut utiliser des bagues à placer aux pattes. Bagues en spirale de différentes couleurs ou bagues numérotées feront l'affaire. Les bagues d'identification pour oies sont particulièrement difficiles à trouver (peut être à cause de leur grande taille), mais néanmoins nous avons déjà réussi à nous en procurer. Il est alors utile de constituer une petite fiche où l'on notera l'éclosion, les parents ainsi que toutes les caractéristiques ou notes utiles pour la continuation de l'élevage.

Pour obtenir une généalogie sans inconnue, on peut même recourir à des nids à trappe. Ceci consiste à disposer d'un nid qui se referme dès que l'oie vient y pondre. Quand on vient ramasser l'œuf, on est donc sûr de sa lignée maternelle.

La consanguinité

Une autre règle à respecter est d'éviter la consanguinité. Il suffit de penser aux empereurs romains qui n'ont eu de cesse de se marier entre membres de la même famille pour savoir qu'il s'agit là d'une voie sans issue fructueuse.

Comment procéder? Une solution simple est de séparer les jeunes de leurs parents, par exemple dans un enclos séparé. Si l'infrastructure ne le permet pas, il faudra se séparer soit des jeunes, soit des parents (par exemple, achat/vente/échange). Une des solutions les plus simples consiste à changer le mâle reproducteur et à conserver les femelles du jeu.

La maturité sexuelle

Les animaux sont aptes à la reproduction après un an.

Plus précisément, le jars ne commence pas sa production de spermatozoïdes avant 30 semaines (7,5 mois). Tandis que l'oie des races les plus prolifiques en œufs commencent à pondre à 240 jours (8 mois).

Espérance de vie

L'espérance de vie d'une oie est de l'ordre de 8 à 10 ans.



La Catoire Fantasque

La Catoire Fantasque

Dernière modification: 2 mai 2013

© 2004-2013 — La Catoire Fantasque — Tous droits réservés