La morphologie de l'aile de l'abeille

Les ailes de l'abeille

Sommaire de la page


Les ailes

Les 2 paires d'ailes de l'abeille sont attachées au segment postérieur du thorax. La paire antérieure est plus grande que la paire postérieure.

Les ailes sont de fines excroissances de l'exosquelette. Elles sont parcourues de veines qui les renforcent et permettent de transporter l'hémolymphe jusqu'à ses extrémités.

Des muscles puissants actionnent le mouvement des ailes et permettent une grande variété de mouvements. Pendant le vol, les paires d'ailes antérieures et postérieures s'attachent les unes aux autres par des crochets nommés hamuli, ce qui réduit les turbulences pendant le vol.

Des veines parcourent les ailes et amènent le sang jusqu'à l'extrémité des ailes.

Le vol

Avant le vol, l'abeille gorge son estomac de miel. Elle le consomme au fur et à mesure du vol. Certains chercheurs ont montré que des abeilles africanisées pouvait transporter environ 30 mg de miel (contenant quelque 20 mg de sucre); ce qui lui permettrait de couvrir environ 60 km.

Pendant le vol, les ailes battent à une fréquence de 200 coups par minute.

La vitesse de vol moyenne d'une ouvrière est de 24 km/h.

Chargée de nectar, une ouvrière vole à 6,5 m/s tandis qu'une ouvrière sans charge vole à 7,5 m/s.

Pendant le vol, la température du thorax peut monter à 46 °C. Le trop plein de chaleur est redirigé vers la tête où il est éliminé en régurgitant des goutelettes d'eau extraites du miel. C'est un peu comme la transpiration chez l'homme.



La Catoire Fantasque

La Catoire Fantasque

Dernière modification: 3 novembre 2016

© 2004-2017 — La Catoire Fantasque — Tous droits réservés